dimanche 25 février 2007

DéDé s'emballe

Un petit film sympatique du dimanche après-midi en forme de devinette.


A peine rentrée du magasin et déjà la poubelle se remplit. C’est désespérant, il a fallut hisser les courses au bout de mes petits bras jusqu’au cinquième étage pour les redescendre aussitôt. Je pense par exemple aux cartons qui entourent les desserts frais, pas besoin de les refroidir, alors c’est direct poubelle.
Il y a aussi les multiples sachets fraîcheur, quel gâchis, je finis toujours par manger l’intégralité des gâteaux en deux temps trois mouvements et même si je suis sage, la boite en fer fait très bien l’affaire pour les conserver quelques jours. J’entends souvent depuis que j’ai ouvert le blog : "on ne peut pas y faire grand chose"… et bien si tous les consommacteurs décident de ne pas acheter ce qui est sur-emballé, les marketeurs arrêteront d’imaginer des suremballages inutiles et le tour sera joué.
J’ai abandonné mes céréales préférées, celles avec des petits copeaux de chocolat, un vrai délice, mais il y a le sac, et par-dessus l’énorme carton pour faire croire qu’il y en a beaucoup. J’en ai trouvé des un peu différentes mais elles sont juste dans un sachet. Je ne vous cache pas que mon rêve serait que tous les mangeurs de céréales au chocolat délicieuses fassent comme moi… les fabricants seraient obligés de revoir leur copie et j’aurais ainsi le plaisir d’en acheter de nouveau. Le top c’est les aliments en vrac, on prend ce dont on a besoin dans un sachet le plus souvent en papier.
Il y a aussi les sacs plastiques, un vrai fléau pour les animaux marins et les paysages du monde entier. Par exemple, dans le nord du Pérou, sur la panaméricaine en plein désert, la route et bordée de sacs plastiques déposés là par le vent, une vraie calamité. Il paraîtrait même que les sacs plastiques accélèrent le développement de la malaria dans certaines zones en bouchant les canalisations, l’eau stagne et favorise la ponte des moustiques. Pour remédier à ça j’ai trouvé un truc bien plus facile à trimballer partout que les gros sacs plastiques réutilisables : un sac tout fin en coton bio non blanchit (pour faire du coton non bio on utilise une quantité astronomique de produits phytosanitaires et pour le blanchir c’est du chlore tout ça n’est pas très écologique) une fois plié je l’oublie au fond de mon sac à main, c’est super pratique au quotidien et c’est toujours ça de gagné pour les réserves mondiales de pétrole ;-)… non, je voulais dire pour la nature bien sûr.

2 commentaires:

pascal a dit…

Il est possible aussi de continuer d'acheter ses céréales préférées en laissant l'emballage inutile sur la caisse. Ne criez pas tout de suite que ça va donner du travail à la caissiere. Si vous agissez ainsi je vous propose de lui donner le mot ci dessous que vous aurez imprimez au préalable.

-------

Madame,

Je sais qu’en laissant les emballages inutiles sur votre caisse, je prends le risque de vous donnez du travail supplémentaire.
Si je peux me permettre, dans un premier temps appelez votre responsable et donnez lui ce courrier.

Madame, Monsieur,

J’ai bien noté que l’environnement était votre priorité car vous ne donnez plus (ou presque plus ) de sac plastique pour emballer les courses que j’achètent dans votre magasin.
Je suis cependant surpris de constater que je dois supporter seul avec les autres clients cet effort environnemental !
Je vous suggère en effet de demander à vos fournisseurs de faire un effort équivalent en arrêtant de sur-emballer les produits vendus dans votre enseigne.
En attendant je continuerai de laisser ces emballages inutiles et nuisibles pour l’environnement sur vos tapis de caisse.

Navré pour le travail supplémentaire que je vous procure mais comprenez que j’ai assez d’être seul à payer des taxes sur les ordures ménagères occasionnées pas des sur-emballages qui peuvent être supprimés !

Je suis sur que vous trouverez les mots pour convaincre vos fournisseurs.
Tous ensemble nous vivrons sur une terre préservé.

Olivier - Quotidien Durable a dit…

Hello,

d'ou vient la vidéo, j'aimerais la faire suivre.