jeudi 8 février 2007

Quand les nouvelles du jour partent à la poubelle


Longue hésitation pour savoir si ce sujet mérite une colère de DéDé… et puis non, la colère n’est pas bonne pour l’Optimisme. Alors ça sera un billet doux pour une idée que j’ai piquée je ne sais plus où quelque part chez nos voisins :
Les tonnes de papier englouties chaque jour pour les journaux gratuits du matin et du soir s’entassent dans les poubelles publiques non triées. Imaginez des poubelles spéciales, des sortes de présentoirs, à la sortie des transports, qui se rempliraient (au lieu de se vider) de nos lectures quotidiennes usagées. Ce serait tout de même plus pratique pour les retardataires des nouvelles du jour qui plongent innocemment la main dans la poubelle (si si, on en voit qui le font).
En plus, les entreprises de collecte pourraient les envoyer directement dans les centres de recyclage. Peut-être même que cette matière première pour le recyclage pourrait être achetée par le recycleur…!
Et voilà, tout le monde y gagnerait :
- DéDé, qui ne lit pas les gratuits car c’est une catastrophe écologique, mais qui s’énerve chaque matin devant l’amoncellement de papier dans les poubelles.
- Les agents de la propreté publique et RATPienne qui sont à présent débordés.
- Les gratuits qui commencent à voir une image de pollueur leur coller aux basques.
- La Nature… enfin, disons qu’elle y perd moins… ça serait mieux sans gratuits… mais là c’est un autre débat.

3 commentaires:

Marc a dit…

Ca c'est une bonne idée ! et puis c'est vrai que ça me choque toujours un peu de voir les gens qui vont à la pêche au gratuit dans la poubelle (de plus en plus).

pascal a dit…

Et si on voyait une autre possibilité:

OK les gratuits aussitot lu à la poubelle,c'est une anerie écologique.Mais pourquoi ne pas envisager une autre issue à ces "torchons" . Les gratuits sont distribués majoritairement dans les transports en commun des grandes villes le matin. Certains le font par négligence mais pourquoi ne pas les laisser sur le siege du bus , du tram, du métro. Le voyageur suivant le lit et le laisse à son tour etc .A mon avis on peut faire plus. Commenter au stylo, mettre une anotation sur un article , une photo. ça pourrait recréer du lien social, liberer les imaginations. en fin de journée Le dernier lecteur aurait ainsi une journée de commentaires. Ce qui donnerait enfin du contenu à ces gratuits. il choissirait alors la destinée de ce journal commenté.

Stéphane D a dit…

Bonsoir,

"Il choisirait alors la destinée de ce journal commenté": je ne sais pas si cela pourrait désemplir les poubelles. L'idée de Pascal (oui je sais quelques mois après, je ne sais pas s'il aura accès à mon impression. Ce sont les limites du blog: les archives ne bénéficient pas d'une bonne vitrine. Mais la discussion ne s'éteint pas pour autant) pourrait peut être servir de scénarion pour un prochain "Amélie Poulain", quoique en relisant ton commentaire Pascal, il m'est venue une idée.
Les transports en commun pourraient être équipés de porte-journaux comme dans les bars: vous savez ce bâton auquel est attaché tous les matins un nouvel exemplaire. On pourrait adapter chaque siège pour qu'il puisse recevoir un baton. Il ne resterait plus au premier lecteur qu'à laisser son journal attaché au baton plutôt que de le jeter à la poubelle. Le voyageur suivant aurait ainsi à sa disposition s'il le désire un journal accessible.
Je ne sais si ce commentaire sera lu, sinon par toi Gaëlle, mais merci Gaëlle et Pascal de m'avoir donner du grain au moulin de mon opinion.
Pour finir, je voulais dire à Gaëlle que je suis de ton avis : la meilleure chose à faire est peut être encore de ne pas en prendre. Tu as ta raison écolo, la mienne est un peu différente: c'est un non-choix que ces gratuits. C'est un peu comme chez Leader Price: "t'es pauvre, ben t'as pas l'choix, la gamme large de produit c'est pas pour toi". Et dans le cadre des journaux gratuits , je retiendrai cette définition de gratuit: qui ne sert à rien.

Au revoir