vendredi 9 février 2007

Philo des cours du soir


J’étudie les méandres du commerce en espérant décrocher un diplôme de plus. J’ai beau y aller chaque jour avec un petit espoir d’entendre parler de pérennité de l’entreprise dans le temps long, de responsabilité sociétale, de bien-être des salariés ou encore de démarche environnementale…Il n’y en a que pour la croissance, la valorisation de l’entreprise, la rémunération des actionnaires et que sais-je encore. Comme si un modèle unique avait fini par s’imposer.


Quand il s’est agit de savoir si oui ou non les acheteurs de Vuitton iraient faire leurs courses sur Internet… moi et mes projets d’AMAP, de SCOP et autres acronymes pleins d’espoir, sommes restés perplexes devant cette question cruciale qui divisait l’assemblée.


Le cursus serait compatible avec une approche plus durable si la direction était sensible à cette alternative. Je vais donc suggérer un nouveau module axé sur les responsabilités de l’entreprise… il parait que c’est à la mode. Au moins c’est un argument politiquement correct dans une école du développement qui a oublié "durable" en chemin !


3 commentaires:

Anonyme a dit…

bravo gaelle pour ton dédé mais est ce qu'un jour tu reviendra en cours? Si tu arrive à écrire un article par jour c'est que tu peux écrire un livre. Alors bon courage à toi

stef

Anonyme a dit…

Y a ceux qui comprennent le commerce et puis les autres. Pour gagner la bataille il faut comprendre son adversaire...

Pierre a dit…

pourquoi ne pas rester sur ton idée initiale plutôt que de donner raison à ce qui te préoccupe ? En couture les modes sont faites pour une saison .